Le zooplancton du barrage

  1. Les ordres
  • les crustacés:

Les Copépodes :

Les copépodes jouent un rôle très important dans l'équilibre écologique de la plupart des écosystèmes. Ils constituent un lien entre le monde microbien au sein duquel ils puisent leur nourriture et les nombreuses espèces de poissons, de crevettes ou de méduses qui s'en nourrissent. De plus, par la prédation qu'ils exercent sur les populations algales et microbiennes, les copépodes évitent parfois le développement excessif de ces populations qui pourrait conduire à l'asphyxie de certains milieux. En outre, les copépodes participent par divers mécanismes au recyclage de la matière organique et permettent le transport ou la rétention d'éléments fondamentaux comme le carbone ou l'azote que la physique seule ne permettrait pas.

Deux variables contrôlent une grande partie de l'activité et de la dynamique des copépodes. Il s'agit de la température et de la quantité de nourriture. D'autre variable tel que la lumière, la turbulence ou la qualité de la nourriture interviennent également à des degrés divers mais généralement dans une moindre mesure. Il en résulte que sous un climat tempéré, les copépodes présentent généralement un pic d'abondance au printemps en relation avec l'élévation des températures et le développement du phytoplancton ou du microphytobenthos. Pendant l'été, les ressources phytoplanctoniques s'épuisant et les prédateurs se développant à leur tour, les copépodes connaissent généralement un déclin. Ils se développent à nouveau en automne lorsque le stock de nourriture se reconstitue et que les prédateurs deviennent plus rares mais ce pic secondaire est généralement plus modeste que celui du printemps. (GASPARINI, 2005)

Les espèces :

 - Calanoïdes :

 Copidodiaptomus numidicus (Gurney, 1909)

Cette espèce parait être dans la zone pluvieuse; elle est  plus commune et la plus ubiquiste. On la trouve également dans les eaux acides et dans les eaux alcalines. Lorsqu’elle fait partie d’une biocénose à plusieurs Calanoïdes, le Copidodiaptomus numidicus persiste. En Algérie, cette espèce a été trouvée dans deux localités, le lac Oubeïra et oued Boudjemah (AKLI, 1992).

Elle est considérée par CHAPPUIS (1970) comme une espèce nord-africaine. En Algérie, elle est très répandue dans la zone pluvieuse et en toute latitude; marais de Réghaïa, lac Agoulmine Aberkane à1300 m d’altitude, plaine de Taher, lac Fretis, lac des oiseaux et marais de Gerra El m’krada (AKLI, 1992).

- Cyclopoïdes :

Cyclops strenuus. Fisher, 1851.

C’est une espèce qui se trouve dans les petites collections d’eau à caractères temporaires, ainsi que les étangs et les mares permanentes, Surtout l’hiver. Elle n’est nullement pélagique comme semblerait le montrer les nombreuses observations publiées jusqu’à présent. Mais serait liée à un milieu particulièrement limnique.

Elle est présente dans toute la zone tempérée de la Scandinavie à l’Afrique du nord et de l’Irlande à la Mongolie (DUSSART, 1967).

Acanthocyclops sp. (Fisher, 1853)

Acanthocyclops

Espèce très commune, très tolérante, acceptant les eaux saumâtres, psammophile voir troglophile, elle serait plus abondante au printemps et à l’automne, dans les grandes mares permanentes et semi permanentes, les étangs et les zones inondées par les rivières en cas de crue. Elle a été observée dans toute l’Europe, en Afrique du nord, en Asie,en Amérique et aux îles Kerguelen (DUSSART, 1967).

Les cladocères :

 

Les cladocères sont de petits crustacés très fréquents dans les types d’eaux douces à l’exception des eaux courantes rapides où on ne les trouve que lorsqu’ils sont entraînés par les courants à partir de zones plus calmes.

Herbivores ou détritivores, ils assurent une fonction très importante dans les transfères de matière et d’énergie de bon nombre d’écosystème d’eau douce. Ainsi, vis-à-vis des poissons, ils interviennent non seulement dans l’alimentation des espèces planctophages mais également dans celle des alevins et des jeunes de nombreuses autres espèces.

 

Les espèces :

- La famille des Sididae

 

Diaphanosoma brachyurum

C’est une espèce planctonique qui habite aussi bien les eaux alcalines que les eaux fortement acides, elle occupe les lacs et les étangs eutrophes, de toutes dimensions. Elle fréquente aussi les eaux oligotrophes. Cette espèce est sténotherme et sont maximum de développement sera atteint à une température comprise entre 15 et 23°C. Diaphanosoma brachyurum peut être rencontré en zone littorale parmi les macrophytes, elle se nourrit par filtration des fines particules en suspension.

C’est une espèce holarctique et néotropicale. Elle a été trouvée en Amérique du sud, au Guatemala, au Mexique et en Amérique du nord et en Europe et Asie. En Afrique on la rencontre dans la région méditerranéenne, au Maroc, en Tunisie, au nord et sud de l’Algérie, au Mali et elle semble absente en Afrique tropicale et subtropicale (OULD ROUIS, 1995).

 

-  La famille des Daphniidae

 

Ceriodaphnia reticulata

Elle vie dans les milieux eutrophes entre la végétation littorale, se reproduit à une température comprise entre 19 et 22°C. Elle est monocyclique. Sa chambre incubatrice peut porter de 12 à 15 œufs pendant la période printanière et beaucoup moins, de 2 à 5 en Automne. Cette espèce affecte tous les continents, elle est présente au sud et au nord de l’Amérique et elle a été signalée au Mexique, sur la terre neuve et aux Etats-Unis. En Afrique on la rencontre en Afrique du nord, au Maroc, au nord et sud de l’Algérie, en Tunisie et en Afrique centrale (OULD ROUIS, 1995).

 

Daphnia longispina

Daphnia longispina


Espèce planctonique des étangs eutrophes, notamment les étangs piscicoles, on la trouve également dans les barrages et les rivières. Le maximum de développement des populations est au Printemps et en Automne. Elle est paléarctique, ubiquiste et existe dans les zones tempérées. En Afrique elle a été signalée au Maroc, on l’a trouvée au nord de l’Algérie, elle est présente en Tunisie, en Egypte, au centre du Niger, dans le Nil prés de Khartoum et dans le lac Tchad. Elle est présente aussi en Eurasie, en Islande et sur les îles de Behring (OULD ROUIS, 1995).
Daphnia hyalina
C’est une forme typique des lacs oligotrophes. Cette espèce est paléarctique, largement distribuée sauf dans la zone climatique arctique. Elle a été citée aux U.S.A. elle existe au Nord de l’Algérie. En Europe, elle est en France, en Italie, en Angleterre et en Europe centrale (OULD ROUIS, 1995).

Les vers:

  • · Les Rotifères :

Il existe environ 2000 espèces de rotifères. Le plus ancien fossile connus, mais leur petitesse et l'absence de squelette empêchent leur fossilisation. Ils pourraient donc être beaucoup plus anciens. Ce sont des animaux abondants cosmopolites qui habitent les eaux de mers, douces, les mousses, les champignons et les sols humides où ils consomment des proies microscopiques. Ils sont mycophages et se nourrissent de bactéries, d’algues ou de détritus, ou macrophages carnivores et des fois les deux en même temps. Ils sont à leur tour consommés par de nombreux prédateurs.Ils sont soit mobiles soit attaché à divers substrats (plantes, détritus, crustacés...).

Les espèces :

Les trois taxons suivants ont été retrouvés dans les différentes stations étudiées.

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site